Météo, MaréePlan

Histoire

 

HISTORIQUE DE SAINT GERMAIN SUR AYcarte cassini

 

A l’époque gauloise, le Cotentin était partagé entre deux tribus : les Unelles au nord et les Abrincates au sud. Le territoire des Unelles dont faisait partie Saint Germain s’arrêtait au sud de Granville.
En 56 avant J.C., Sabinus, lieutenant de César, écrase l’armée de Viridovix, chef des Unelles. Bientôt le territoire unelle tout entier passa sous la domination romaine ; le Cotentin fut alors englobé dans la province lyonnaise. Pendant trois siècles, nos ancêtres allaient connaître une période de paix et de prospérité.
La position par rapport au réseau de voies romaines et les différentes découvertes mises à jour dans les environs très proches prouvent l’existence d’un peuplement sédentaire à l’embouchure de l’Ay.
A partir de la fin du 3ème siècle, des peuples germaniques abordent les côtes de la Manche, repoussent les romains au nord et au sud et s’installent au centre Manche.
A la fin du 5ème siècle, notre région fait partie du royaume franc de Clovis. Les noms en « ville » comme Saint Germain de Focherville (ancien nom de Saint Germain sur Ay) ont généralement pour origine un domaine mérovingien.

Eglise

Le christianisme s'implanta chez nous assez tardivement. Certains apôtres chrétiens contribuèrent à l’évangélisation de la presqu’île : Saint Floxel, considéré comme le premier martyr du Cotentin et Saint Germain le Scot, patron de Saint Germain sur Ay.

Les côtes de la Manche allaient connaître, à partir du début du 9ème siècle, une nouvelle invasion : celle des normands.
En 930, Guillaume Longue Epée annexe le Cotentin au duché de Normandie.
Les noms en « ville » sont pour la plupart formés d’un préfixe désignant un Normand, associé au radical « villa » qui indique un grand domaine comme Froqueville.
Le nom de la paroisse, sous la forme Saint Germain de Focherville et ses variantes, se rencontre entre 1150 et 1186. Le nom actuel de Saint Germain sur Ay n’apparaît qu’en 1190.
Vers 1150, Richard de La Haye du Puits fonda à Saint Germain sur Ay un prieuré qu’il plaça sous l’obédience de l’Abbaye du Mont Saint Michel en lui attachant les revenus du fief de Fourqueville. Dès lors, l’histoire de la paroisse de Saint Germain sur Ay va se confondre avec celle de son prieuré pendant plusieurs siècles.
Dans la petite anse de la Gavérie, le port de Saint Germain sur Ay connaît une certaine activité depuis les temps les plus reculés jusque vers 1900 où il cessa d’exister administrativement.

Le havre

Au début du 17ème siècle, le port était encore très fréquenté, mais pour avoir servi à l’approvisionnement des assiégés de La Rochelle protégés par les seigneurs du canton, presque tous protestants, il fut interdit vers 1630 et plus tard encore vers 1720, au profit de celui de Carteret sous prétexte que l’éloignement des bureaux de traites y facilitaient trop la contrebande.

 

Après la disparition des salines et le déclin de la tangue qui en avaient fait au moyen-âge un des centres les plus actifs du Cotentin, le havre avait un peu changé de visage, le fond s’en était exhaussé et couvert d’une herbe rase que l’on nomme ici « grapillon ». Les oies y étaient nombreuses, les moutons aussi, dits de prés-salés, qui paissaient là en toute liberté.

A la révolution, Michel Ernouf, laboureur de son état et fermier du prieuré, devient le premier maire de Saint Germain sur Ay. En 1843, la commune décide de vendre une portion de biens communaux pour construire une école de garçons. En 1871, une épidémie de variole fait environ 80 victimes à Saint Germain sur Ay.

La première guerre mondiale fait une trentaine de victimes parmi les jeunes saint germinais appelés sous les drapeaux.

la plage

1929 : électrification du bourg de Saint Germain sur Ay.

1933 : électrification du hameau la Mer (Plage).

1935 : installation de la 1ère boîte à lettres à la Plage.

 

A la veille de la deuxième guerre mondiale, Saint Germain sur Ay compte 492 habitants.

Deux soldats de Saint Germain meurent en 1940. Les premiers allemands entrent dans la commune le 18 juin 1940. Dès lors la vie va changer. Même si les soldats font preuve généralement de politesse et de courtoisie, la population supporte mal les réquisitions : paille, fourrage, chevaux, bicyclettes, voitures…

En 1944 Jean Goubert, chef militaire du mouvement de résistance « libération nord » qui vit sur sa modeste ferme de Saint Germain, est arrêté chez lui pour avoir caché des soldats américains. Il tente de s’échapper et est abattu par les soldats allemands.

épicerie

Les américains entrent dans Saint Germain le 13 juillet 1944. S’en suivit alors une période de reconstruction pour arriver au Saint Germain d’aujourd’hui.

 

D’après SAINT-GERMAIN-SUR-AY, un village de la côte ouest du Cotentin et LESSAY et son canton à travers les siècles, œuvres de Michel PINEL.